Entorno

Urdazubi Urdax

Présentation

La commune d’Urdax (Urdazubi en langue basque) est placée au Nord-ouest de la Navarre, faisant frontière avec la France. Elle est sur le versant Nord des Pyrénées, et elle fait partie avec la commune voisine de Zugarramurdi et Valcarlos des derniers vestiges de la partie continentale de l’ancien Royaume de Navarre. Le village compte 400 habitants environ dans l’actualité qui sont partagés entre le bourg et les cinq quartiers qui forment la commune.

Urdazubi/Urdax fût créé vers le XVème siècle sous la tutelle du Monastère de Saint Sauveur, qui lui était déjà présent depuis quelques siècles avant. À l’année 1774 le village se détache du monastère et est déclaré libre.

Il fût créé au IXème siècle, au départ il était un hôpital pour les pèlerins du chemin de Saint Jacques de l’ordre de Saint Augustin. À la fin du XIIème ou début du XIIIème siècle il s’intègre dans l’ordre des praemonstratensis.

Les abbés du monastère étaient seigneurs des villages de Zugarramurdi et Urdax et ils avaient voix et droit de vote dans la Cour du Royaume de Navarre. Le monastère subit deux grosses incendies ; en 1526 quand la Navarre perd l’indépendance (il fût un de ses derniers bastions) et en 1793 (guerre de la Convention). Dans ce dernier incendie la bibliothèque, qui possédait plus de 9000 bouquins, fût détruite.

Dans le monastère nous retrouvons un cloître qui peut être visité en même temps que le moulin (visites guidées). En 2005 une auberge pour pèlerins a été créée au dessus du cloître.

Comme il a été indiqué précédemment, le village est né sous la tutelle du monastère et ce fait peut être aperçu dans sa composition.

Nous avons deux maisons au bourg qui le confirment :

Le moulin, créé pour faire de la farine et qui est nourri par les eaux d’un bief , dont la dernière partie est bâti par de dalles en pierre de taille (petit exploit du « génie civil » de l’époque). Le moulin peut être visité en même temps que le cloître (visites guidées).

La maison Kupelategia (ou tonnellerie), maison dans laquelle les moines produisaient du cidre.

Aux alentours du bourg, le monastère avait deux forges Gaineko ola (ou atelier du haut) et Beitiko ola (ou atelier du bas).

Une des principales œuvres de la littérature basque est le Gero d’Axular, décrit par Villasante « œuvre pérenne et que, au dessus des modes et écoles qui se succèdent, reste comme un monument permanent qui honore la langue dans laquelle a été rédigée ».
L’auteur, Pedro Agerre Azpilikueta, né en 1556 à Urdazubi/Urdax, à la ferme Axular que à l’époque était une possession du monastère de Saint Sauveur. Dans sa famille il y avait des navarrais très renommés comme le réputé théologien Docteur Martin Azpilikueta Jauregizar, né en 1492 au château de Barasoaïn ou même Saint François Xavier, fils des familles Jaso-Azpilikueta. Cette situation familiale permettra au jeune Axular faire ses études de philosophie et théologie à Salamanque et obtenir un diplôme en théologie.

Prêtre dans la commune voisine de Sare (Labourd), sa réputation au fils des ans fût en croissance. Il était un très bon orateur et il est intervenu en tant que médiateur à plusieurs reprises entre les évêques de Bayonne et Pampelune. Cependant, son chantier plus reconnu a été de mener l’École de Sare, forum littéraire de l’époque.
(lien http://www.axularnet.com/web/gero.html) Gero en html
(lien http://www.axularnet.com/web/gero.pdf) Gero en format pdf

Il s’agit d’une cavité naturelle assez belle, avec nombreuses branches reliées entre elles.

Elles sont parcourues par le ruisseau Urtxume, qui au fils des temps et à l’aide des courants d’air, a créé un ensemble sculptural avec stalagmites et stalactites dans ses salles.

Le parcours est très bien éclairé, avec une durée de 30 minutes, la visite est réalisée avec un guide.

Elles restent ouvertes au public depuis Pâques jusqu’à fin octobre, le reste de l’année il faut réserver la visite.

Les grottes de Berraberria, très proches aux grottes d’Urdax, même si elles sont fermées au public, constituent un gisement préhistorique très intéressant et le plus analysé de Navarre, avec des niveaux Magdaléniens. Il existe des gravures pariétaux du Magdalénien, découverts en 1930 par N. Casteret et un gisement préhistorique découvert par J.M . Barandiaran en 1935. Elles ont été habitées entre les années 30 000 a.J.C. et 20 000 a.J.

(lien http://www.turismo.navarra.es/esp/propuestas/camino-santiago/desarrollo/camino+baztanes.htm)

Une des anciennes branches du chemin de Saint Jacques passe par Urdazubi/Urdax, il est appelé le chemin du Baztan, il était utilisé surtout par ceux pèlerins qui débarquaient au port de Bayonne pour s’intégrer aux caravanes de marchands qui allaient à Pampelune. Le monastère d’Urdax offrait auberge et hôpital à ceux pèlerins.

Ce chemin traverse une très belle zone des Pyrénées.

Il n’est pas difficile imaginer une vallée extrêmement verte dans laquelle les pâturages et les forêts de chênes et hêtres restent en harmonie, une vallée humide là où le brouillard et l’hiver incitent à se réconforter devant le foyer et écouter histoires autour des sorcières d’Urdazubi/Urdax et Zugarramurdi, communes dans lesquelles le pèlerin rentre dans les terres navarraises.

Maintenant, il existe une auberge pour pèlerins à l’étage du cloître du monastère.

Xareta

Xareta est une petite vallée, qui a toujours été un lieu de vie en commun transfrontalier entre les communes d’Aïnhoa, Sare, Urdazubi/Urdax et Zugarramurdi. Le territoire est placé sur le versant Nord des Pyrénées et à quelques kilomètres de l’océan. En plus d’être un rassemblement de communes, Xareta possède une très forte identité culturelle, grâce aux liens des habitants, qui n’ont jamais tenu compte des barrières de la frontière.

Beaucoup de ses habitants son unis par des liens familiaux, et même le réseau secondaire des routes a été tracé sans tenir compte des douanes existantes.

Autrefois, la contrebande était une des principales activités dans le territoire de Xareta.

Les grottes sont le centre d’intérêt principal, dans lesquelles, d’après la légende, avaient lieu des fêtes démoniaques. De ce fait, l’Inquisition condamne en 1610 à 53 habitants, accusés de sorcellerie et culte au diable. Ils ont été brûlés dans les flammes à Logroño
Cette commune est classée comme un des plus beaux villages de France, il est agréable de se promener entre les rues avec des maisons de style labourdin et visiter les nombreux magasins des produits du terroir. 

(enlace www.sare.fr)

  • Grottes:

À Sare on retrouve les dernières grottes préhistoriques de Xareta. Elles ont été habitées il y a 45 000 ans.
Avec les grottes de Urdazubi/Urdax et Zugarramurdi, elles font partie d’un ensemble très intéressant pour le visiteur. De plus un sentier balisé relie ces trois grottes à travers des anciens chemins.

  • Train crémaillère

Entre Sare et Ascain, au col de Saint Ignace nous trouvons le train crémaillère ou petit train qui nous conduit jusqu’au sommet de La Rhune. Il a été inauguré le 30 juin 1924, ce fait a été tout un événement à l’époque. Les wagons, toujours en service, ont été construits en pin et châtaigner du pays. Un journal de l’époque signalait que le train montait à une vitesse incroyable de 8 km/h, actuellement il atteint la même vitesse.

La descente peut être faite à pied, en empruntant les sentiers balisés existants sur le versant français. Nous pouvons nous arrêter au fort de Korralhandia, là où le Maréchal Soult arrêta les troupes anglaises de Sir Wellington après la guerre de l’Indépendance. Aujourd’hui il sert d’abris pour les brebis.

Un chemin étroit contourne le flanc escarpé du ruisseau Galardiko Eureka, et arrive à la gare du petit train. Une bonne heure en tout de marche à un rythme calme avec de très belles vues. Les moins habitués pourront faire le retour en train.

AUTRES CENTRES D’INTÉRÊT

Vous trouverez ci-dessous une petite liste de divers centres d’intérêt que vous pourrez visiter sur un rayon d’une heure en voiture:

  • Saint jean de Luz : Ville à tradition de pêche et avec une zone piétonne remplie de commerces.
  • Biarritz : Ville de vacances pour les rois et aristocrates d’Europe jusqu’au début du XXème siècle.
  • Bayonne : Contrairement à Biarritz Bayonne est la ville du peuple humble, fait qui se reflète dans son architecture.
  • Cambo les Bains : Thermes et musée d’Arnaga résidence d’Edmond Rostand auteur d’œuvres comme Cyrano de Bergerac.
  • Espelette : Commune calme, nous pouvons retrouver le château des barons d’Ezpeleta et des nombreux magasins et commerces.
  • Saint Jean Pied de Port : Belle ville fortifiée de l’ancien Royaume de Navarre.

Une vallée dont les villages, recoins et paysages sont intéressants de visiter par le visitant dans n’importe quelle saison.

Près de la Bidassoa, nous retrouvons le domaine de Bertiz, espace naturel de 2 040 hectares, lequel grâce à sa vaste masse végétale, ses mansions et ses jardins avec innombrables espèces exotiques. Il constitue un ensemble de beauté exceptionnelle qui mérite d’être visité.

  • Forêt d’Iraty
  • Quinto Real
  • Bera
  • Lesaka
  • Fonterrabie
  • Pampelune
  • Saint Sébastien
  • Et bien d’autres coins à découvrir…
TOP